Qui est NB ?

DES COMORES A LA FRANCE 

Naccache BOURHANE est né aux Comores.
Et plus précisément dans la ville de Mutsamudu qui se situe sur l’île d’Anjouan qui est une des 4 îles de cet archipel situé dans l’océan indien.

À l‘âge de 4 ans, ses parents, lui et son petit frère partent pour la France. Son père travaille pour le gouvernement comorien au sein du ministère des affaires étrangères. Et c’est suite à une mutation obtenu pour l’ambassade des Comores en France qu’ils partent s’installer en région parisienne.

En 1995, suite au coup d’état orchestré par le mercenaire français Bob Denard qui renverse le gouvernement comorien de l’époque, le père de Naccache perd son emploi.
Et une image va marquer Naccache alors qu’il n’a que 12 ans. C’est lorsqu’il voit son père passer de diplomate, avec la voiture de fonction, les voyages d’affaires etc à facteur.
Notamment ce jour où il voit son père arriver avec son scooter et son uniforme bleu marine et jaune de la poste, et mettre le courrier dans les boîtes aux lettres de leur immeuble.

Mais malgré tout cela comme le dit Naccache, son père garde le sourire. Et c’est une des premières leçons que Naccache comprend sur la vie :
Quel était l’objectif de son père ? C’était tout simplement de nourrir sa famille et de faire en sorte que Naccache et ses 4 petits frères puissent avoir un meilleur avenir que celui qu’ils auraient eu s’ils étaient restés aux Comores.
Donc il comprend que quel que soit l’objectif qu’on a dans la vie, il faut se donner tous les moyens pour l’atteindre malgré les obstacles que l’on rencontre.
Lorsqu’en plein chemin cela devient difficile, Il faut garder en tête ce pourquoi on a commencé

LE BASKET COMME PASSION

Pendant des années et des années et depuis tout petit Naccache joue au basketball.
Qu’il neige, qu’il vente, qu’il pleuve, il peut jouer au basket tous les jours.
Il a un rêve et un objectif un peu fou, qui est de jouer en NBA.
Comme tous les gamins de son âge il est inspiré par des joueurs comme Michael Jordan bien-sûr, mais aussi Allen Iverson, Penny Hardaway ou Grant Hill.

Vers l’âge de 20 ans lorsqu’il comprend que la NBA est très loin pour lui, c’est un gros coup dur.
Mais il se promet une chose. C’est que certes il ne serait pas en NBA aux Etats-Unis mais il ferait partie de la « NBA des entrepreneurs ».

Ce qu’il veut c’est entreprendre. Monter son propre business mais au-delà de ça c’est surtout (entre)prendre sa vie en main pour accomplir de grandes choses.

SES PREMIERS PAS DANS LE BUSINESS

À 22 ans il monte un blog en ligne avec un ami qu’ils appellent RHYMES. Le blog parle de hiphop, de mode, de sport, de nouvelles technologies entre autres.

Bien qu’ils n’aient jamais été journaliste ou rédacteur avant cela, ils postent eux-mêmes chaque jour 4 à 6 news qu’ils partagent aussi sur Facebook.
Car à l’époque Facebook prend de plus en plus d’ampleur au détriment de MySpace.

En l’espace d’un an le blog passe de quelques visiteurs à 180 000 visiteurs par mois. « C’est-à-dire environ 2 fois et demi le stade de France » comme le dit Naccache.
Grâce à cela des agences, des maisons de disques et des marques les sollicitent pour relayer leurs infos, participer à leurs événements et interviewer leurs artistes.

« On kiffait nous ! On rencontrait des rappeurs, on participait à des événements super cool mais on a jamais vraiment réussi à rentabiliser ce site ». « on a fait pas mal d’erreurs de jeunes débutants ». « Mais aujourd’hui je me rend compte que ce sont ces erreurs qui m’ont permis de progresser et d’être là où j’en suis ».

C’est à partir de ce moment là que Naccache commence à se passionner et à s’intéresser aux réseaux sociaux. Car il se dit que si grâce à un réseau social on arrive à attirer 180 000 personnes chaque mois sur un blog. Comment ce serait si on pouvait convertir cette audience en véritable business ?

En parallèle de cela, il monte un événement qu’il appelle Crazy Weekend et dont le concept est de réunir une fois par an pendant 4 jours dans une station de ski, des jeunes venus de toute la France pour goûter aux joies de la glisse, faire performer des artistes de la scène urbaine et organiser des animations super cool.
Booba, La Fouine, Kaaris, Joke, Monsieur Nov, Farid Chamekh, Aya Level font partie des guests qui sont passés leur rendre visite.
« Le Crazy Weekend c’est une grande fierté de l’avoir crée et de continuer à l’organiser car plus qu’un événement c’est un mouvement qu’on a réussi à bâtir avec mon équipe »

ABARI MEDIA

En 2014 lorsqu’il atterrit et s’installe à la Réunion il comprend qu’il y a un fort besoin à aider les chefs d’entreprise à savoir comment communiquer sur les réseaux sociaux.

Il monte alors ABARI MEDIA. Une agence de marketing digitale dont la mission est de permettre aux entreprises de raconter leur histoire, transmettre leurs valeurs et dynamiser leur image de marque au travers des réseaux sociaux.
Il forme également des chefs d’entreprise sur la manière d’utiliser les réseaux sociaux pour développer leur business.

Aujourd’hui il compte parmi ses clients des entreprises comme GAÏA, la Mission Locale, PPR et des centaines de chefs d’entreprises qui ont bénéficié de ses conseils.

SNEAKAREA

Amoureux des sneakers depuis l’époque où il jouait au basket, Naccache décide de monter une startup avec deux amis, Jérémy et Ben.
« En plus de mon amour pour la sneaker, ce qui nous a motivé c’est l’engouement qu’il y a de plus en plus pour la basket et le besoin qu’il y a selon nous à proposer une solution facile et rapide pour acheter et vendre ses sneakers entre particuliers, mais également de permettre aux boutiques et revendeurs professionnels d’avoir un rayonnement national voir international malgré leur implantation locale. »

« Notre mission (un peu folle on l’avoue !) avec Sneakarea est réellement de permettre à n’importe quelle passionné de sneakers de pouvoir trouver la paire qu’il désire auprès d’un particulier ou d’un shop quel que soit l’endroit dans le monde où il se trouve. »